26/06/2019

« Ce poison que l’occident a inoculé dans le corps de la nation doit être refusé »





Allocution de M. Ziyad Nakhalé, secrétaire général du mouvement du Jihad islamique en Palestine, lors du congrès national palestinien pour affronter le deal du siècle et la conférence du Bahrayn, tenu à Gaza le 25/6/2019


Au Nom de Dieu, le Clément le Miséricordieux

Louanges à Dieu le Maître des mondes, prières et paix sur notre maître Mohammad, sur sa famille et ses compagnons et ceux qui lui ont prêté allégeance jusqu’à la fin des temps

Frères et soeurs dévoués

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions de Dieu  soient sur vous tous

C’est un jour mémorable, lorsque le peuple palestinien se tient debout ensemble. Depuis de longues années, nous n’avions assisté à une telle scène, entourés par les peuples arabes et musulmans, et les libres de ce monde, pour affronter ce qui s’appelle « le deal du siècle » qui vise à liquider ce qui reste de la cause palestinienne.

Qu’est-ce que le « deal du siècle » dont nous devons définir les traits et le contenu ?

D’abord, c’est considérer que la ville d’al-Quds est la capitale de l’entité sioniste. Ensuite, c’est qu’il n’y pas d’Etat palestinien, et l’annexion de ce qui reste de la Cisjordanie à l’entité sioniste. Trois, c’est annexer le Golan occupé à l’entité sioniste. Quatre, achever la cause palestinienne en tant que cause de la nation arabe et musulmane. Cinq, expulser le plus grand nombre possible de Palestiniens de la Cisjordanie et de la Palestine historique. Six, impliquer la nation arabe dans d’autres guerres, pour l’exténuer au profit de l’entité sioniste. Sept, installer définitivement les Palestiniens dans les Etats où ils vivent. Huit, transformer ce qui reste du peuple palestinien en ouvriers et esclaves au bénéfice du projet sioniste. Neuf, accorder quelques aides à quelques pays arabes pour absorber les conséquences du deal et ses implications.

Tous ces objectifs et d’autres, c’est le « deal du siècle » dont la bannière est levée par les Etats-Unis, l’entité sioniste et quelques régimes arabes.

Que faisons-nous en tant que peuple palestinien ? Quel est notre devoir et notre réponse à ces objectifs et ce deal ? Pouvons-nous le refuser, soutenu par la nation arabe, la nation musulmane et les peuples libres qui peuplent cette terre et sympathisent avec notre cause ? Avant de répondre, il nous faut décrire notre situation, afin de pouvoir répondre à ces grandes questions qui se posent à nous.

Nous avons combattu sans relâche, depuis le début du XIXème (XX) siècle, avec les possibilités qui s’offrent à nous. Nous avons offert des milliers de martyrs de notre peuple, des centaines de milliers de blessés, tout au long d’un siècle. Mais, et comme l’ont planifié le mouvement sioniste et ses alliés des pays occidentaux, cela a mené une partie de nous vers l’expérience de la reconnaissance de l’ennemi, et à accepter que la majeure partie de la Palestine devienne « Israël », avec la probabilité que nous prenions ce qui en reste pour former un Etat palestinien. Nous avons occulté le fait que le projet sioniste est basé sur le fait que l’Etat juif a pour base et centre la Cisjordanie, que les juifs appellent « la Judée et la Samarie ». Ce qui signifie que nous les avions combattu en marge du projet sioniste, et non dans son centre..

Ensuite, les Arabes ont proposé, puis les Etats musulmans, ce qui s’est appelé « l’initiative de paix arabe » que vous connaissez, et que « Israël » a complètement refusée. Nous n’avons obtenu aucun acquis de cette initiative, sauf la reconnaissance arabe de l’entité sioniste. Pire, ceux qui sont allés loin dans le projet d’une soi-disant paix avec l’ennemi, qu’ils soient arabes ou palestiniens, insistent à emmener avec eux ceux qui contestent le projet illusoire de paix, « l’accord d’Oslo » ou « l’initiative de paix arabe » , sans la moindre logique ou la moindre justification, sinon par faiblesse et incapacité... 

Le mur de l’illusion de la paix s’est élevé entre nous, en tant que peuple palestinien, au point de susciter l’hostilité et la guerre fratricide, au profit du projet sioniste. Ce mur a été renforcé à cause des conditions difficiles vécues par notre peuple, et la faiblesse arabe générale. La voix de ceux qui appellent à accepter l’Etat « d’Israël » s’est élevée, jusqu’à devenir la voix la plus bruyante, qui se fait entendre officiellement où que vous allez dans la région arabe et dans le monde, tandis que la voix qui insiste sur le droit palestinien est la voix la plus faible, la voix rejetée, et (jugée) la voix irréaliste.

Frères et soeurs,

Nous, qui affrontons aujourd’hui le deal du siècle, nous n’avons aucune illusion, ni Etat ni paix. Saurons-nous, tous, Palestiniens et arabes, reévaluer tout, et revenir au début, et dire : nous sommes un peuple qui a subi une injustice historique, il doit repousser cette injustice, quels que soient les sacrifices ?

Nous avons aujourd’hui une occasion historique pour revoir nos projets, et ouvrir des horizons à notre peuple et aux prochaines générations, affirmant que ce projet sioniste qui s’est infiltré dans le corps de la nation, à partir de la Palestine, doit être affronté. Ce poison que l’occident a inoculé dans le corps de la nation doit être refusé, car il nous tuera tous, arabes et musulmans. Ceux qui savent ce que signifie al-Quds, ce que signifie la Palestine, savent que la valeur de cette région ne dépend pas de sa superficie, mais de sa substance, sinon les zones inhabitées dans ce monde sont plus vastes que les zones habitées.. Le but de la fondation en Palestine d’une patrie pour un groupe religieux opprimé, n’a pas une cause humanitaire, ni morale. Si cela avait été ainsi, ils l’auraient fait n’importe où dans ce monde. 

En réalité, ils ont visé la Palestine, le coeur de ce monde, le joyau de l’histoire, le joyau de la géographie, le centre de l’univers. Ils nous ont bernés, ils nous ont affaiblis. Saurons-nous abandonner cet espace (dans lequel ils nous ont enfermés), ou bien vivrons-nous dans sa marge, comme certains le veulent, ou bien nous affronterons cette agression tous ensemble ? Les horizons sont ouverts devant nous.

Aujourd’hui, nous avons une plus grande capacité à comprendre, une plus grande capacité à résister, malgré tous ceux qui sont las et découragés, qui considèrent que notre discours sur la résistance, et contre l’ennemi, sera suivi d’agression et de blocus, et qu’il faut être plus malléable, ou plus servile, parce que les guerres nous auraient fatigués, et qu’il ne faut pas exagérer, qu’il n’est pas nécessaire de montrer que nous pouvons nous défendre, ni faire quoi que ce soit qui mette l’ennemi en colère...

Ces voix , nous les entendons et les lisons, bien que le monde entier voit comment l’ennemi s’entoure de murs, et recule... Ne voient-ils pas que nous pouvons faire quelque chose, malgré le blocus et les conditions difficiles ? Nous disons à tous ceux qui sont las et découragés, et qui découragent les autres : n’avons-nous pas essayé la paix avec l’ennemi ? N’avons-nous pas signé la paix avec l’ennemi ? N’avons-nous pas utilisé nos hommes et nos sécurités comme policiers et rondes pour protéger les colonies, et continuons à le faire ? Certains d’entre eux ne se sont-ils pas mobilisés pour détruire le « terrorisme palestinien », comme ils le disent, et le terrorisme international ?

Nous avons fait tout cela et plus, et certains d’entre nous continuent à le faire. Certains veulent-ils que nous reprenons la même expérience à Gaza ? Cette expérience est devant nous, nous n’en avons obtenu que la colonisation que vous voyez, la confiscation des terres, la poursuite des gens et la démolition de leurs maisons, la poursuite des gens pour tout, et leur assassinat. le caractère de meurtrier est un caractère intrinsèquemen lié au projet sioniste, c’est le caractère de l’occupation. De plus, ils décident qui doit recevoir un salaire, et qui ne devrait pas, qui devrait être soigné et qui en est interdit, qui est l’officier de la sécurité acceptable prêt à collaborer, et qui ne l’est pas. Tout cela arrive, et même plus. J’en parle juste pour rappeler à notre peuple, issu de la lignée des martyrs et des ayant- droit, ce que signifie l’occupation et ce que signifie « Israël ».

Nous avons à présent une occasion, et nous affrontons tous la réalité, sauf si nous nous entêtons et faisons les fiers par le péché, et allons une fois encore vers les conditions (posés), et offrons les devoirs de soumission aux projets dont l’échec a été prouvé, et qui nous ont asservis au point que certains d’entre nous préfèrent survivre et négocier avec l’ennemi plutôt que de vivre avec le peuple palestinien, en contrepartie de privilèges creux qui ne valent même pas les chaussures d’un martyr.

Frères et soeurs

Soyons à cette occasion un peuple uni, évaluons nos erreurs et nos réussites, que pouvons-nous faire ? La résistance prouve jour après jour, en Palestine et ailleurs, que si nous restons debout et si nous combattons, nous pouvons réaliser ce que n’ont pas réussi à réaliser la paix et les négociations.
Nous n’avons plus le choix. La paix a été stérile, et est devenue soumission, des congrès et des ateliers de travail (le Bahrayn en exemple) disant : nous vous alimentons pour que vous continuez à vivre, et certains Arabes nous invitent à saisir l’occasion (comme le ministre saoudien des affaires extérieures).

Frères et soeurs,

J’aurai voulu échanger plus avec vous, et nous sommes devenus tous, plus conscients de ce qui se prépare pour nous. Ceci nous impose des devoirs que nous devons accomplir aujourd’hui avant demain :

 1) Garder nos armes et notre résistance, quelles que soient les incitations, quel que soit le désir de se protéger soi-même, mais l’ennemi ne nous veut pas, qu’on soit résistants ou pacifiques.

2) J’appelle à un atelier de travail national, avec la participation de toutes les composantes de notre peuple, en réponse à l’atelier sioniste du Bahrayn.

3) Nous choisissons la voie de la résistance et de la lutte armée, et l’attachement à toute la Palestine, afin de ne laisser aucune possibilité à ceux qui se cachent derrière certains d’entre nous de dire : « nous acceptons ce que les Palestiniens acceptent ».

4) Retrait de la reconnaissance de l’ennemi « israélien », et la reconsidération de l’OLP, si nous voulons que celle-ci soit le seul représentant légitime et unique du peuple palestinien.

5) Annoncer que le slogan de l’unité nationale est applicable pour affronter « Israël » et affronter l’agression.

Gloire aux martyrs

Liberté pour nos prisonniers

La victoire pour notre peuple

Paix, miséricorde et bénédictions de Dieu sur vous.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire